Les 3 grands axes de travail de l'ostéopathe

 

Trois systèmes, trois façons d'aborder le corps

          L'ostéopathie agit principalement par trois abords : le travail ostéo-articulaire, le crânien et le viscéral.
Au cours d'une séance, le thérapeute va utiliser ces trois axes de travail pour agir le plus précisément possible sur les déséquilibres du patient.

 

Ostéopathie ostéo-articulaire

          Cette partie s'intéresse à la charpente du corps : ses os, ses articulations et ses muscles qui tiennent le tout. C'est l'aspect le plus connu de l'ostéopathie, en particulier au niveau de la colonne vertébrale. L'objectif sera de redonner au corps un équilibre statique et dynamique qu'il a perdu suite à un traumatisme.
Par explemple : lors d'une entorse, le pied est "retourné" et certains os peuvent rester "impactés" les uns dans les autres, entraînant une malposition. On se retrouve alors avec une arche du pied en déséquilibre l'une par rapport à l'autre et donc un appui au sol différent. Le pied marche moins bien, avec moins d'amplitude. Si l'on ne retablit pas cet équilibre, le corps va très rapidement compenser pour moins appuyer sur ce pied : le bassin compense en se "tordant" légèrement pour trouver un pseudo-équilibre. Les lombaires compensent le décalage du bassin en se courbant, et, quelques semaines après l'entorse, on se fait un lumbago, ou on déclare une sciatique.

          Ce n'est qu'un tout petit exemple comparé aux formidables capacités que le corps humain met en oeuvre pour continuer de fonctionner au mieux, mais on peut déjà y voir l'intérêt de l'ostéopathie en préventif : agir avant d'arriver au stade du lumbago.

N.B. pour cet exemple d'entorse, le travail de l'ostéopathe se fera en collaboration avec le kinésithérapeute. Ce dernier s'attachera à "réparer" les structures lésées lors de l'entorse, l'ostéopathe remettra ensuite le pied en équilibre.

 

Ostéopathie crânienne

          Cette partie s'intéresse principalement au bon fonctionnement de la boîte crânienne. Une bonne liberté des 22 os et des membranes qui les composent assure un bon fonctionnement du cerveau (une bonne innervation, une bonne vascularisation), et donc, un bon fonctionnement du corps entier.          

          Les techniques utilisées sont des pressions très douces et précises. elles peuvent donc être utilisées chez les nouveaux-nés comme chez les adultes. Ces techniques sont tellement douces que le patient peut avoir du mal à sentir ce qui se passe. Elles peuvent parfois être intrabuccales, ceci afin d'atteindre un os uniquement accessible par la bouche.

          Un déséquilibre au niveau de la boîte crânienne entraîne fréquemment chez l'adulte : des maux de tête et des migraines, des troubles du sommeil, des troubles digestifs ou des troubles de l'humeur.                                                                                                               Le travail crânien permet de prendre en charge des pathologies tel que : névralgies fasciales, sinusites, troubles orthodontiques, troubles ORL, déformations crâniennes du nourrisson, troubles de la déglutition ou de la succion,...
Je vous invite à consulter la page "ostéopathie pour le nouveau-né" pour voir les différents avantages d'un travail crânien chez les nourrissons et les bébés qui, généralement, ont subi de fortes pressions lors de l'accouchement.

Ostéopathie viscérale

          Contrairement à ce que l'on pourrait penser, l'ostéopathie ne s'attarde pas qu'à la mobilité des os et des articulations. Ses principes peuvent s'appliquer sur l'ensemble des tissus du corps.
La sphère viscérale est une zone de prédilection pour régler de nombreux troubles fonctionnels, de problèmes de dos, de respiration,....

          Les manipulations s'effectuent sur tous les organes et viscères du corps (foie, estomac, poumons, coeur, intestins,...). Le but est de leur permettre une mobilité fluide et complète lors des mouvements du diaphragme pendant la respiration.

          Les organes sont "suspendus" dans l'abdomen par de nombreux ligaments. Ils s'attachent ainsi aux côtes et aux vertèbres, expliquant le lien étroit que font les ostéopathes entre les douleurs dorsales et les organes. L'inverse est aussi vrai, une "impaction" de deux vertèbres due à un traumatisme, va irriter les racines nerveuses inervant l'organe, provoquant un déséquilibre de celui-ci. Il fonctionnera alors trop fort ou trop peu, provoquant des symptômes variés suivant l'organe.
Par exemple pour l'estomac, un hypofonctionnement entraînera une paresse digestive, un hyperfonctionnement provoquera une augmentation des secrétions d'acide, provoquant reflux, acidité, chemin vers l'ulcère...